dans Jeu

John’s Path, de l’exposition au jeu vidéo

Bonjour !

 

Encore un autre jeu ? Et oui, j’ai envie de coder en ce moment !

Ohh, il est étrange ce cube

Contexte

Je vous présente aujourd’hui John’s Path, un jeu qui a été créé pour une occasion particulière, puisque que je l’ai codé suite à la visite d’une exposition au palais de Tokyo : ON AIR, de Tomás Saraceno.

La visite a été organisée par le pôle jeux vidéo de mon école, le but était de créer un jeu inspiré de cette exposition.

Dans cette exposition, l’auteur observe et fait réfléchir sur la connexion entre les personnes, les éléments  et les mondes qui nous entoure, à travers plusieurs œuvres très différentes.

L’exposition

Il y a par exemple au début de l’expo, une salle remplie de toiles d’araignées suspendus dans des structures rectangulaires. Des araignées ont été laissées sur les structures afin de tisser des réseaux, mais chose inhabituel, il y avait plusieurs races d’araignées différentes par structure. Ce mélange permet de voir des toiles impossibles à voir dans la nature avec des différents paternes au sein de la même structure.

On peut observer différentes types de toiles sur les 2 images, notamment des toiles en dômes et en nappe (Serais-je fort en toile d’araignée ? Non).

 

Dans les salles suivantes, on observe des longs filets de toiles qui dansent au rythme de l’air ambiant, chauffé par des spots en dessous. Chaque personne en s’approchant de l’oeuvre, agissant sur l’air de la pièce et faisait évoluer l’œuvre.

 

Le même principe est appliqué sur une autre série d’œuvre un peu plus loin, des ballons retiennent sur leurs pointes des stylo dans des cadres de peinture. De la même manière, les visiteurs en passant proche des ballons contribuent tous à l’œuvre.

 

Je ne vous décrierais pas toute l’exposition, je ne vais quand même pas tous spoiler !

Mais voici une dernière œuvre que j’ai trouvée particulièrement intéressante. Il s’agissait d’une toile en train d’être scannée. Comme le capteur du scanner émet une lumière rouge et qu’il n’étudie qu’une tranche de la toile tout en se déplaçant, cela donne du plus bel effet :

 

 

Le jeu

Suite à cette visite, j’ai commencé à me pencher sur une idée de gameplay. J’avais beaucoup apprécié les structures des toiles d’araignées. Et pour pouvoir bien observer les réseaux de toile, il fallait les observer des différents angles et prendre les temps de regarder. Ces toiles m’inspiraient un sentiment de calme et de réflexion.

Je me suis rapidement aperçu que je voulais créer un jeu calme, qui ne presse pas le joueur et qui lui laisse le temps d’observer et de contempler le jeu. J’ai donc choisis de créer un jeu de puzzle sans contrainte de temps ni de condition de défaite. Le jeu devait inspirer les mêmes sensation que j’ai ressenti durant l’exposition.

 

À ce moment la, je venais de faire quelques tests sur les shaders, notamment sur la méthode du stencil. Cela permet d’afficher un élément uniquement s’il est devant ou derrière un autre élément donné (appelé le masque). En règle général le masque est une surface invisible. Dans l’exemple ci-dessous les masques sont placés aux niveau des ouvertures des cadres.

Source : blog ronja-tutorials.com

J’ai conçu une structure en forme de cube qui contient des éléments différents selon la face par laquelle on les regarde.

Le but du jeu est donc de guider le petit personnage que l’on voit au centre du cube tout en haut. Il ne peut se déplacer que sur les éléments visibles par le joueur. Ce dernier est donc forcé de tourner autour du cube. Il doit observer les différents passages possible et  guider le personnage jusqu’à la fin du niveau.

 

Le jeu comporte 3 niveaux avec une difficulté croissante. Je vous invite à le tester sur ma page Itch.io en version web ou en standalone Windows.

Ai-je été intéressant ? Merci de partager !

Ecrire un Commentaire

Commenter